Juliette
Retour Imprimer

La fleur jaune

     Au fond du jardin de Juliette se trouve une barrière facile à ouvrir. Il suffit de la pousser. Et de l'autre côté, commence un pré fleuri. Notre amie de trois ans et demi y va parfois.

Ce jour-là, elle aperçut une jolie fleur jaune à quatre pétales, qui brillait au soleil. Aussitôt, la fillette songea à la cueillir pour l'offrir à son papa.

Elle s'en approcha, passant entre les coquelicots et les bleuets. Les herbes lui venaient au-dessus des genoux.


Juste à ce moment, une abeille se posa sur la fleur jaune. Notre amie qui tendait la main vers la tige, arrêta son geste.

- Zut! dit Juliette. Je ne vais quand même pas offrir à mon papa une fleur avec une abeille dessus...

La petite fille se pencha et appela.

- Abeille orange, abeille orange, abeille orange...

- Oui?

- Tu vas rester là longtemps?

- Non, mais je trouve cette fleur tout à fait à mon goût. Je ramasse le suc de ses pétales pour faire du miel, puis je m'en vais. J'en ai encore d'autres à butiner avant de retourner à ma ruche.

L'abeille s'envola trois secondes plus tard.


Elle venait de partir lorsque deux coccinelles rouges se posèrent à leur tour sur la fleur jaune.

- Zut! dit Juliette. Je ne vais quand même pas offrir à mon papa une fleur avec des coccinelles dessus...

Les deux petites bêtes à bon Dieu se baladaient le long de la tige et sur les pétales. Notre amie les appela.

- Coccinelles rouges, coccinelles rouges, coccinelles rouges...

- Oui?

- Vous allez rester là longtemps?

- Non, car nous ne voyons pas de pucerons à manger. Mais elle sent bon, cette fleur. Nous aimons son parfum, ma cousine et moi.

La fillette se pencha et respira doucement. Elle découvrit un parfum agréable.

Les deux coccinelles rouges s'envolèrent.


Bon, décida notre amie. Je peux la cueillir à présent.

Un gros papillon bleu se posa sur les pétales jaunes. 

- Zut! dit Juliette. Je ne vais quand même pas offrir à mon papa une fleur avec un papillon dessus...

La fillette attendit un instant puis elle appela.

- Papillon bleu, papillon bleu, papillon bleu...

- Oui?

- Tu comptes rester là longtemps?

- Je pars, répondit le papillon. Je vais retrouver mes amis près de la rivière. Il fait chaud, aujourd'hui. On va se rafraîchir les pattes. Mais en passant, j'ai remarqué cette fleur si jolie et je voulais la regarder de plus près.

Oui,  elle était très belle et ses quatre pétales lumineux brillaient comme des perles au soleil.

Le papillon partit en voltigeant.


- Et hop, et hop, et hop...

Une sauterelle verte bondit sur la fleur.

- Eh là, cria Juliette. Tu ne vas pas t'installer ici? Je veux la cueillir.

- J'y suis, j'y reste, affirma la sauterelle.

- Zut! dit Juliette. Je ne vais quand même pas offrir à mon papa une fleur avec une sauterelle dessus...

Elle semblait caresser les pétales jaunes avec ses longues antennes recourbées.

- Sauterelle verte, sauterelle verte, sauterelle verte...

- Oui?

- Tu vas rester-là longtemps?

- Je glisse en douceur mes antennes sur ses pétales. Elles sont si douces, si soyeuses, si agréables à toucher.

- Tu vas l'abîmer si tu continues, et je voudrais la prendre pour mon papa.

- Bon, alors, je m'en vais. Et hop, et hop, et hop...

Elle partit.


- Maintenant, je la cueille, se réjouit Juliette.

Mais une petite araignée noire escaladait la fleur jaune en se tenant à la tige avec ses huit pattes. Notre amie l'appela trois fois.

- Araignée noire, araignée noire, araignée noire...

- Oui?

- Que fais-tu là?

- Je fabrique ma toile. C'est pour parler avec la fleur et écouter ses chansons.

- Elle ne parle pas, fit remarquer Juliette. Et je n'ai jamais entendu une fleur chanter.

- C'est parce que tu ne sais pas fabriquer une antenne comme moi. Quand j'aurai installé ma toile, je pourrai bavarder avec elle et écouter ses chansons.

- Cela va durer longtemps? demanda la fillette.

- Oh oui, répondit l'araignée, tout l'après-midi.

- Zut alors! Je ne vais quand même pas offrir à mon papa une fleur avec une araignée dessus...


Juliette se redressa et regarda autour d'elle. Elle vit des boutons d'or, des pissenlits,- les petits soleils-, des bleuets et des pâquerettes.

Mais plus loin, près du ruisseau, elle remarqua une très belle fleur blanche. Notre amie s'en approcha. Elle ne vit ni abeille orange, ni coccinelles rouges, ni papillon bleu, ni sauterelle verte, ni araignée noire dessus.

Juliette saisit la tige entre le pouce et l'index et la cueillit.

Puis elle revint à la maison.


- Tiens, papa, je t'offre cette jolie fleur blanche.

- Merci ma chérie.

Il la mit dans un petit vase avec de l'eau et la posa sur la table du salon.

- Je voulais t'en apporter une jaune, mais toutes sortes de bestioles sont montées dessus. Une abeille jaune, deux coccinelles rouges, un papillon bleu, une sauterelle verte et une araignée noire. Alors, je t'ai choisi celle-ci.

- Tant mieux, ma douce. J'aime encore mieux les blanches que les jaunes.

- Quelle chance! s'écria Juliette.

Papa prit sa fillette dans les bras et l'embrassa.

- Tu sais, dit-il, ma plus jolie fleur, c'est toi !