Juliette
Retour Imprimer

Le doudou

     Juliette se promenait avec son papa. Ils traversaient le parc et notre petite amie était très heureuse. Ils se donnaient la main. Ils chantaient tous les deux.

-Promenons-nous dans le bois tant que le loup n'y est pas. Si le loup y était, il nous mangerait...

Juliette regarda à droite, à gauche, à droite encore, au loin, en arrière. Pas de loup en vue. Elle écouta. On entendait seulement chanter les oiseaux. Puis elle continua le refrain.

-...Comme le loup n'y est pas, il ne nous mangera pas.


Soudain, elle aperçut un petit sac en toile au pied d'un arbre. Lâchant la main de papa, elle s'en approcha. Que pouvait-il bien contenir ? Notre amie est curieuse. En le tâtant, en le serrant entre ses doigts, elle eut l'impression qu'il renfermait quelque chose de doux, de tendre, à l'intérieur.

En entrouvrant le sac, elle découvrit un mignon petit museau, et puis deux belles oreilles. Enfin, elle vit une jolie souris blanche se glisser à l'entrée. La souris regarda Juliette.

-Bonjour, petite fille. Comment t'appelles-tu ?

-Je m'appelle Juliette. Et toi ?

-Moi ? Je voudrais devenir ton doudou. Tu veux bien me garder avec toi ?

Notre amie ne répondit pas. Elle possède déjà un doudou, un oiseau de couleurs vives.


Juliette revint à la maison avec la souris. Elle la prit dans sa chambre. Elle la sortit tout à fait du sac et passa doucement son doigt sur son dos.

-Je veux bien que tu deviennes mon doudou, mais pour cela, il faut d'abord être très douce.

-Je suis très douce. Caresse-moi encore et tu verras.

-C'est vrai, approuva notre amie. Et puis, si tu veux être mon doudou, il ne faut pas me mordre.

-Je ne te mordrai pas. Promis.

-Enfin, tu dois faire dodo avec moi la nuit.

-Je dormirai avec toi. D'accord.

Au soir, lorsque Juliette alla se coucher, elle prit la souris à côté de son oreiller, avec son oiseau jaune, rouge et vert, l'autre doudou. Elle les serra doucement contre ellle et s'endormit très heureuse.


Trois minutes plus tard, la souris sortit du lit. Elle sauta sur le tapis. Elle descendit les escaliers et se dirigea vers un petit trou situé sous la porte de la cuisine. De là, elle passa au jardin.

Elle se promena sous les fleurs. Elle regarda les étoiles qui brillaient dans le ciel noir. Puis elle se roula dans l'herbe déjà humide de rosée.

Enfin, elle s'installa sur une pierre blanche et observa la lune.

Juliette s'éveilla dans la nuit. Elle tendit la main vers sa petite souris, mais elle n'était plus là. Un peu triste, elle se pencha, chercha sur le tapis, en dessous du lit, au fond du lit, sous l'oreiller, partout, mais elle ne trouva pas son nouveau doudou.

Elle se rendormit.


Le lendemain, la fillette l'aperçut dehors, parmi les pâquerettes. Elle l'appela par la fenêtre ouverte.

-Si tu veux être mon doudou, tu ne dois pas sortir la nuit dans le jardin. Tu dois rester avec moi. Tu ne peux pas quitter la maison. Les doudous ne vont pas se promener tout seuls dehors.

-Ah bon, soupira la souris. Très bien. Je ne savais pas. Je veux devenir ton doudou. Je ne quitterai plus ta maison. Promis.


Ce soir-là, lorsque Juliette monta se coucher elle prit de nouveau sa souris près d'elle. Elle posa sa tête sur l'oreiller, la caressa gentiment, ainsi que l'oiseau et s'endormit en rêvant.

Trois minutes plus tard, la souris quitta le lit, sauta sur le tapis et se promena dans la maison. Elle ne pouvait pas sortir.

D'abord, elle se dirigea vers la chambre à coucher située à côté de celle de Juliette. Là dormait Bastien, le petit frère de notre amie. Il a bientôt un an.

-Tiens, dit la souris, un bébé. J'aime ses beaux petits doigts. Il est mignon.

Puis elle sortit de la chambre de Bastien en repassant sous la porte. Elle traversa le couloir et entra dans une autre pièce.

-Voilà les parents. Ils dorment. Je vais les laisser tranquilles.

Elle passa sous le lit et se dirigea vers une porte qui menait à la salle de bain. Elle grimpa sur le bord de la baignoire et se laissa glisser.

-Comme c'est amusant! Quel toboggan merveilleux! Je glisse et je glisse encore et je recommence.

La souris très contente se rendit ensuite vers un autre endroit de la salle de bain. Elle se hissa sur la planche du w.c.

-Tiens, un autre toboggan. La toilette. Beurk, cela ne sent pas très bon. Non, je ne vais pas jouer à cet endroit.


Elle sauta sur le tapis et se dirigea vers l'escalier. Elle descendit au rez-de-chaussée. Elle se promena un instant dans le hall d'entrée, puis passa au salon.

Là, elle aperçut le chat. Il trouvait sur un fauteuil. C'est le chat en peluche de Juliette. Ce n'est pas un vrai. Mais la souris en eut très peur.

-Mon Dieu, un chat, un chat! Il va me manger. Au secours !

Elle courut dans l'escalier, mais en passant dans le couloir, elle se trompa de chambre. Elle pénétra de nouveau dans celle de Bastien, sauta dans le lit du bébé et se coucha près de lui. Elle s'endormit paisiblement. Le bébé souriait.

      

Le lendemain, lorsque Juliette se leva, elle fut de nouveau étonnée et triste de ne plus trouver son doudou près d'elle. Mais elle devint très jalouse lorsqu'elle aperçut sa souris à côté de Bastien.

-Tu es mon doudou, pas celui de mon petit frère. Tu ne peux pas aller près de lui. Tu restes avec moi. Si tu veux devenir mon doudou, tu ne dois plus quitter ma chambre.


Au soir, notre amie alla se coucher. Elle se glissa sous les couvertures, posa sa tête sur son  oreiller et s'endormit en caressant sa petite souris.

Trois minutes plus tard, elle sortit du lit. Elle resta dans la chambre. Elle se promena sous le lit, puis sous le radiateur. Elle passa près d'une poupée, assise par terre contre l'armoire. Elle lui donna un bisou avec son museau.

Mais elle découvrit alors quelque chose de beaucoup plus intéressant. Elle aperçut dans un coin de la chambre un sachet en papier rempli de bonbons. Elle entra dans le sachet et les mangea. Tous!


Au matin, lorsque Juliette se leva, elle trouva vite la souris. On ne voyait pas sa tête et ses oreilles enfoncées dans le sac. Mais son corps et sa longue queue étaient bien visibles hors du sac.

-Petite souris, que fais-tu là ?

-Un gros dodo..

-Tu as mangé tous mes bonbons.

-Ce n'est pas moi, répondit la souris.

-Si, c'est toi, petite menteuse. Je te vois dans le sac à bonbons. Tu les as tous mangés. Un vrai doudou ne mange pas de bonbons.

-Pardon. Je ne savais pas.

-Écoute, proposa Juliette, je crois que tu n'es pas faite pour devenir un doudou. Mais si tu veux, on peut rester amies. On pourra jouer à cache-cache. On pourra rire ensemble.


Ainsi la souris vécut chez Juliette et elles devinrent des vraies copines. Elles jouèrent souvent à cache-cache et à d'autres jeux. Juliette en fut très heureuse.

Elle la prend parfois à l'école et la montre à toutes ses amies.