Juliette
Retour Imprimer

Une bague pour maman

     Juliette jouait près de son papa au salon.

-Ma chérie, dit tout à coup celui-ci, ce soir on fait la fête à la maison.

Juliette redressa la tête et eut un petit sourire.

-Je sais, papa.

-On fait la fête pour l'anniversaire de maman.

-Oui, papa.

-Aimerais-tu lui faire un cadeau ? Une chanson par exemple ?

-Non, pas une chanson, répondit notre amie.

-Une poésie ?

-Non.

-Un bouquet de fleurs ? Un beau dessin ?

-Non. Pas cela.

-Que vas-tu offrir alors à maman, ma chérie ?

-Je veux lui donner une bague.

-Une bague! s'exclama papa. Bon, allons lui en choisir une au magasin.


Ils partirent à deux chez un bijoutier.

La vendeuse étala une collection de bagues sur le comptoir et Juliette les regarda chacune à tour de rôle.

-Laquelle choisis-tu pour ta maman ? demanda la dame.

-La bleue, décida Juliette. Celle avec une pierre bleue. La plus jolie.

-Bien. Veux-tu que je l'emballe moi-même ?

Juliette ne comprit pas bien ce que proposait la dame. Elle crut à ce moment que la vendeuse voulait offrir elle-même la bague à maman.

-Non, non, s'écria notre amie. Je veux la donner moi-même à ma maman.

-Très bien. La voici.

-Merci madame, fit Juliette en souriant.

Elle glissa la bague dans la poche de sa salopette rose, puis, donnant la main à papa, tous deux revinrent à la maison.


Bastien, le petit frère de Juliette se trouvait au jardin. Notre amie s'assit à ses côtés et joua avec lui pendant un bon moment. Elle fit même des cumulets dans l'herbe. Cela amusait le bébé. Elle se roula dans les fleurs avec lui. Le petit frère riait aux éclats, tout heureux que sa grande soeur lui consacre un peu de temps. Puis, vers quatre heures, maman appela Juliette pour le goûter.

Pendant qu'elle mangeait sa tartine de confiture aux cerises, notre amie prit un petit air malicieux.

-Maman, je voudrais une petite boîte s'il te plaît...

-Une petite boîte pour quoi faire ? 

-Pour un cadeau.

-Un cadeau à qui ?

-Je ne peux pas le dire, murmura Juliette avec un air mystérieux. C'est un secret. Une surprise pour quelqu'un.

Maman donna une petite boîte en bois à Juliette.

Notre amie monta à sa chambre et s'assit à sa table. Elle prit un papier blanc et crayonna mille et une couleurs sur la feuille. 

Puis elle plongea la main dans la poche de sa salopette pour prendre la bague. Malheureusement, elle ne la trouva pas.


Juliette, très inquiète, fouilla avec soin toutes les poches de sa salopette, mais vraiment, la bague de maman ne s'y trouvait plus.

Elle sentit des larmes couler sur ses joues. Mais pleurer n'était pas une bonne idée. Elle ne retrouverait pas le cadeau pour sa mère en pleurant.

Alors, Juliette se mit à chercher. Elle regarda attentivement sous le lit, sous l'armoire, sous le tapis, même derrière le radiateur, mais elle ne découvrit pas la bague.

Juliette descendit les marches de l'escalier et se rendit au salon puis à la salle à manger. Elle chercha sur la grande table, sur les fauteuils, sur le tapis, près de la cheminée. Rien. 

Elle entra dans la cuisine. Elle regarda sous le frigo et par terre, en se mettant à quatre pattes, mais elle ne vit rien que de la poussière.

Peut-être que la bague se trouvait dans une poche de sa veste. Elle se rendit dans le hall d'entrée et fouilla celle-ci, mais sans succès.

De nouveau elle eut envie de pleurer. Elle n'avait plus de cadeau pour l'anniversaire de maman ce soir.


Juliette sortit au jardin, et chercha dans l'herbe. Elle marcha longuement, tête baissée, sous le soleil. Mais rien de rien. Elle ne retrouva pas la bague bleue.

Toute triste, elle se mit à pleurer pour de bon. Cette fois, ses larmes coulaient vraiment. Papa n'était pas là. Elle ne pouvait pas retourner au magasin pour en acheter une autre. Demander à maman ? Impossible, puisque c'est une surprise. Quant à Bastien, il regardait Juliette pleurer mais ne comprenait pas ce qu'il fallait faire. C'est encore un bébé.

-Tant pis, se dit la petite fille. Je vais cueillir quelques fleurs et je ferai un beau bouquet.

Juliette se rendit au fond du jardin. Et juste de l'autre côté de la haie, elle aperçut des clochettes. Les jolies fleurs mauves que tu as peut-être déjà vues le long des clôtures en te promenant à la campagne.

Notre amie se glissa par un trou de la haie. Elle se redressa le long du petit chemin en terre qui longe le fond du jardin. Elle cueillit un gros bouquet de clochettes, puis elle revint à la cuisine. Elle plaça les tiges des fleurs dans un grand verre d'eau. Elle emmena le tout dans sa chambre pour que maman ne le voie pas avant ce soir.

-Ouf, se dit-elle. Voilà quand même un joli bouquet pour son anniversaire.


Observant bien les clochettes, elle en vit une dont la corolle, formée par l'ensemble des pétales, était à moitié fermée. Quelque chose de bleu brillait à l'intérieur.

Juliette écarta les pétales lentement en douceur, pour ne pas abîmer la fleur. La bague bleue s'y trouvait. Bonheur !

Elle comprit alors que tantôt, elle l'avait perdue en jouant avec son petit frère, en faisant des cumulets, en sautant dans l'herbe. La bague avait roulé sous la haie jusque dans la corolle d'une des clochettes. Et justement, Juliette venait de la cueillir. Quelle chance !

Toute heureuse, elle remonta à sa chambre et la glissa dans la boîte que sa mère venait de lui donner. Elle prit le beau papier, si bien colorié avec ses crayons, et fit un emballage cadeau elle-même.


Au soir, quand papa revint de son travail, juste avant le repas, tous s'assirent au salon. Juliette souriait.

-Maman, j'ai deux cadeaux pour toi.

Papa regarda sa fille, très étonné. Comment pouvait-elle avoir deux cadeaux pour sa mère ?

-Voici un bouquet de clochettes. je les ai cueillies le long du chemin.

-Magnifique ma Juliette, dit maman.

-Et puis, ce petit paquet.

Maman déplia doucement le beau papier que notre amie avait colorié. Elle ouvrit la boîte et découvrit la jolie bague bleue. Elle la glissa à son doigt. Puis elle prit sa petite fille dans les bras et la serra très fort.

-Merci beaucoup, ma chérie. Je suis très heureuse. Mais le plus beau cadeau que j'aie reçu de tous mes anniversaires, c'est toi, ma tendresse, et ton petit frère.