Magali
Retour Imprimer

Saint Nicolas

 Magali voulait envoyer une lettre à Saint Nicolas. Comme elle n'a que quatre ans et demi, elle ne sait pas encore écrire. Elle demanda à son Papa de l'aider. Papa prit une belle feuille de papier blanc et dévissa le capuchon de son stylo en or.

-Que veux- tu que j'écrive ?

-Cher Saint Nicolas, répondit la petite fille.

Cher Saint Nicolas.

-Et ensuite, ma chérie ?

-Papa et Maman disent que je suis très sage. Je suis bien sage, n'est-ce pas Papa…

-Oui, tu es bien sage.

Mon Papa et ma Maman disent que je suis bien sage.

-Et après, qu'est-ce que j'écris ?

-Je voudrais que tu m'apportes un cadeau.

Je voudrais que tu m'apportes un cadeau.

-Je voudrais une poupée, une poupée garçon.

Je voudrais que tu m'apportes une poupée garçon. Quand tu viendras, tu peux reprendre mon petit frère. Je ne le veux plus. Je te l'avais demandé l'an passé, mais je ne l'aime plus. Il prend toutes mes affaires. Il casse mes jouets. Il tire mes cheveux. Et il crie trop fort.
Je te fais des gros bisous. Magali.

- Ma chérie, dit Papa, tu veux vraiment envoyer cette lettre à Saint Nicolas ? Tu veux vraiment qu'il emporte le bébé Julien avec lui quand il viendra ?

-Oui, Papa.

-Bien, c'est comme tu souhaites.

Papa plia la lettre en quatre et la glissa dans une enveloppe qu'il colla. Puis il écrivit : Pour Saint Nicolas. Magali partit jouer au jardin. Elle était très contente.

Quelques jours plus tard, c'était la fameuse nuit où Saint Nicolas passe dans les maisons.
Magali se réveilla très tôt le lendemain matin. On n'entendait rien, tout était silencieux. Elle s'assit dans son lit et regarda partout. Elle fut bien étonnée de ne découvrir aucun cadeau.

-Peut-être qu'ils sont en bas, au salon, près de la cheminée, songea notre amie.

Magali descendit l'escalier, pieds nus, dans sa robe de nuit rose avec des petits rubans. Elle traversa le salon et la salle à manger, regarda dans les fauteuils et sur le divan, mais elle ne vit aucun cadeau. Rien, absolument rien.

-Pourquoi Saint Nicolas passe-t-il chez tous les enfants et pas chez moi ? s'inquiéta notre amie. Ou bien il est trop tôt… Il n'a pas encore eu le temps de venir. Je vais aller voir si Julien est encore là.

Magali remonta l'escalier, passa sans s'arrêter devant sa chambre et ouvrit la porte de celle de son petit frère. Elle s'approcha du petit lit à barreaux. Le bébé n'était plus là! A sa place se trouvait un grand paquet avec un emballage cadeau. Magali arracha la ficelle, déchira le papier et ouvrit la boîte.

-Ma poupée garçon ! Comme je suis contente ! Merci Saint Nicolas !

Puis elle regarda le lit vide.

-Julien n'est plus là… Saint Nicolas l'a emmené… Je n'aurais pas dû lui demander cela… Je l'aimais quand même mon petit frère. Et qu'est-ce que Papa et Maman vont dire… Ils seront sûrement fâchés.

Magali sentit des larmes monter à ses yeux. Elle serra sa poupée garçon et sortit de la chambre de son petit frère en pleurant. Elle entra dans la sienne et se mit à pleurer, couchée sur le ventre sur son lit en serrant sa poupée contre elle.

Tout à coup elle entendit un bruit. Cela venait d'en bas. Elle écouta et crut reconnaître les pleurs de Julien.

- Il n'est peut-être pas trop tard. Saint Nicolas est peut-être encore là.

Magali se leva, courut à sa porte et descendit l'escalier à toute vitesse. Elle arriva au salon et s'arrêta en poussant un oh !

Saint Nicolas était là, assis dans le fauteuil à côté de la cheminée. Le bébé Julien pleurait sur ses genoux. Elle fit un pas timide en avant. Le grand Saint se tourna et la vit.

-Bonjour petite fille, comment t'appelles-tu ?

-Je suis Magali. J'habite ici.

-Tu habites ici… Mais alors, ce bébé, c'est ton petit frère… Tu es contente de ta poupée garçon ?

-Oui, Saint Nicolas, mais…

-Quelque chose ne va pas ?

-Il ne faut pas prendre mon petit frère avec toi.

-Tu ne veux plus que j'emporte le bébé ? J'ai pourtant une lettre ici dans ma poche où tu me dis que tu ne l'aimes plus.

-J'ai réfléchi, Saint Nicolas, j'aime quand même bien mon petit frère. Ne l'emporte pas avec toi.

-C'est comme tu souhaites, Magali. Je te le rends si tu le veux. Mais il va prendre tes affaires…

-Ce n'est pas grave. Je suis sa grande soeur, je peux bien partager avec lui. Et puis quand il dormira, je reprendrai mes jouets.

-Oui, mais il va casser tes jeux, c'est un petit bébé, il ne comprend pas.

-Je t'en demanderai des nouveaux, Saint Nicolas, répondit Magali avec un grand sourire.

-Il va tirer tes cheveux…

-Maman m'a dit qu'il fait cela parce qu'il m'aime bien.

-Parfois il criera très fort, et tu n'aimes pas ça…

-Je poserai mes mains sur mes oreilles, ainsi je ne l'entendrai pas.

-Très bien, Magali. Si tu es bien décidée à le garder, je te le rends.
Saint Nicolas posa doucement le bébé dans les bras de notre amie. Julien cessa aussitôt de pleurer.

-Tu vois comme il t'aime bien, il ne pleure plus dans tes bras.

Magali souriait.

-Je dois te rendre la poupée garçon, Saint Nicolas ?

-Non, tu peux la garder pour toi. Tu es une bonne grande soeur. Et maintenant, écoute-moi bien, je vais te dire un grand secret. Tu es le plus beau cadeau qui existe pour ton petit frère. Avoir une grande soeur ou un grand frère, c'est un merveilleux cadeau pour un bébé, et c'est pour toute sa vie.

-Merci Saint Nicolas, murmura Magali.

Notre amie remonta en portant Julien et la poupée dans ses bras. Elle se retourna dans l'escalier et vit Saint Nicolas marcher vers la cheminée. Elle passa devant sa porte et entra dans la chambre de son petit frère. Elle donna un bisou au bébé et le coucha dans son petit lit.
Puis elle pénétra dans sa chambre et elle joua avec sa poupée garçon sur le tapis.

Soudain, elle entendit un peu de bruit dans la chambre des parents. Ils devaient être réveillés à présent. Elle frappa à leur porte et entra.

-Papa, Maman, regardez ! Saint Nicolas m'a apporté une belle poupée.

-Elle est magnifique, félicita Maman.

-Et Saint Nicolas a emporté le bébé ? demanda Papa.

-Non, répondit notre amie. Je l'ai vu au salon et je lui ai demandé de me le rendre.

-Mais Julien va prendre tes jouets, fit remarquer Papa.

-Oui, mais je suis sa grande soeur, je peux bien les lui prêter.

-C'est encore un bébé, Magali, il risque de te les casser.

-J'en demanderai des nouveaux à Saint Nicolas, répondit la petite fille en souriant.

-Et s'il tire tes cheveux…

-Maman m'a expliqué qu'il fait cela parce qu'il m'aime bien.

-Parfois tu l'entendras crier très fort, ma chérie.

-Alors je mettrai mes mains sur mes oreilles.

-Tu es une bonne grande soeur, conclut Papa.

-C'est exactement ce que Saint Nicolas m'a dit, expliqua Magali. Il m'a dit que je suis le plus beau cadeau qui existe pour mon petit frère.


Papa et Maman serrèrent leur petite fille dans leurs bras. Et Magali souriait.